Journée internationale du droit des femmes…Portait de Bintou Badji, présidente des MFR du Sénégal.

Photo 131

« J’ai 50 ans et je vis à Thionck Essyl en Casamance. Je suis allée au lycée à Ziguinchor jusqu’en 1ère. Je voulais poursuivre mes études mais mes parents voulaient me marier et pour ne pas être maudite par eux, j’ai accepté. Je suis restée mariée 10 ans et nous nous sommes séparés nous ne nous entendions pas, il m’empêchait de passer des concours et de travailler. Je n’ai qu’un enfant et je suis heureuse de le voir poursuivre ses études de droit. Je suis donc revenue chez mes parents, j’ai soigné ma mère, puis mon père, aujourd’hui j’ai la charge de 4 neveux.Je suis devenue agricultrice et je cultive les champs de mes parents.

En 1998, je suis devenue membre de la Maison Familiale, en 2000 au renouvellement du conseil d’administration je suis élue secrétaire adjointe. En 2008, au renouvellement national la présidente de Thionck Essyl alors âgée et analphabète a souhaité être remplacée par un femme instruite sachant parler français. J’ai donc été élue localement et la même année je deviens présidente régionale et vice-présidente nationale. En 2012 à la mort du président je deviens présidente par intérim puis élue. A la maison familiale je reçois des formations en alphabétisation en langue locale, en gestion des petites entreprises en transformation et conservation de produits locaux. A la FONGS (Fédération des ONG sénégalaises) j’ai reçu une formation des leaders des organisations paysannes. J’étais très motivée car à l’époque mon frère était président de la MFR de Thionck Essyl et il m’a fait devenir l’ombre de moi-même, toutes les formations reçues m’ont beaucoup aidé.

Avec la FONGS et le CNCR (Conseil national de concertation et de coopération des ruraux) j’ai bénéficié d’une formation en système de riziculture intensive. J’ai acquis des compétences en agriculture. Maintenant je peux être au service des autres, j’ai connu beaucoup de monde à travers les différentes organisations paysannes que ce soit au Sénégal, dans la sous-région ou en France.

Je suis devenue conseillère municipale en 2012, présidente de la commission concernant le développement et l’autonomisation des femmes, je leur apporte des conseils concernant leurs activités économiques. Dans l’avenir je voudrais être un grand leader politique et m’investir davantage dans l’agriculture. Au Sénégal on dit que la terre ne ment pas, si tu sèmes et si tu entretiens bien, tu récolteras. Ce qui me soucie le plus aujourd’hui c’est la promotion des Maisons Familiales, je voudrais avoir une belle réussite, qu’elles redémarrent partout sur le territoire pour pouvoir passer la main. »

L’ACCIR est partenaire des MFR du Sénégal en partenariat avec la Fédération des MFR Champagne-Ardenne-Lorraine et l’UNMFREO.

IMG_0556

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s